Enfin le chapitre 3 ! (Ecriture croisée)

Bonne lecture ! Texte de Mathias Grisouard, parmi toutes ces versions que ce fut dur de choisir !

Nevers

Après avoir quitté la ville fortifiée de Nevers, me voici parti pour la capitale du duché de Berry, je veux bien sûr parler de Bourges. En serrant contre moi le sac où se trouvent mes outils de maçon, je commence à rêver à tout ce que je vais découvrir dans cette ville. Je pense chaque jour à mes parents et à Robin.

Bourges

Quelques jours ont passé, je suis enfin arrivé au point culminant de la ville de Bourges, à proximité de la magnifique cathédrale. Le voyage sur les bords de la Loire a été agréable. Mais, maintenant, il faut que je trouve un chantier où je vais pouvoir travailler. J’aperçois une foule de personnes vers le rempart gallo-romain. Je m’approche et je comprends qu’il s’agit d’un chantier. Je cherche le parlier[1]. Après m’être présenté, je découvre le chantier du futur palais ducal[2], j’apprends que ce sont deux célèbres architectes et sculpteurs, Guy et Drouet Dammartin, qui ont établi les plans de cette construction.

Epuisé, mais ravi, je peux enfin montrer de quoi je suis capable grâce au maillet, aux ciseaux, à l’équerre et au compas de mon père. Les semaines, les mois passent. J’ai fait connaissance avec un compagnon très discret, Jehan. Grâce à lui, je découvre une nouvelle passion, la sculpture. Quelques jours plus tard, nous subissons un violent orage. La foudre tombe à quelques mètres de nous, attirée par les outils. J’ai juste le temps de prendre Jehan par la taille et de nous mettre à l’abri. Mais au lieu de me remercier, celui-ci me repousse violemment et s’enfuit. Je suis troublé, mais je comprends tout d’un coup : ce regard planté dans le mien, plein de colère et de défi, cette taille que j’ai serrée contre moi ne sont pas ceux d’un garçon ! Jehan, une fille ? Je dois être en train de perdre l’esprit. Qu’est-ce qu’une fille viendrait faire sur un chantier de construction, pourquoi ne resterait-elle pas à filer ou à élever des volailles ?

Le chantier est arrêté, le temps est trop mauvais. Il est temps pour moi de reprendre mon chemin. Je ne vois plus Jehan, devrais-je l’appeler Jehanne ? Je décide de le chercher.  Il doit loger dans une grange, chez un commerçant ou un paysan, comme beaucoup d’ouvriers itinérants. Personne ne l’a vu. Amer, je commence à préparer mon nouveau périple. Le parlier, très fier de mon travail et de mes progrès en sculpture, me propose de rejoindre la ville de Blois. En effet, Là-bas, on commence à restaurer le château grâce à la famille bourguignonne de Châtillon.

Mon compagnon me surprend dans ma chambrée pendant mes préparatifs :

–         Laisse-moi partir avec toi…

–         Mais…

–         Je sais que tu as percé mon secret. Tu ne peux pas comprendre, toi, tu es un garçon ! Moi, je suis seule, orpheline, mon père m’a appris le travail de la pierre. Pourquoi devrais-je renoncer à ce que j’aime par dessus tout ? Parce que je suis une fille ? Personne ne s’en est aperçu, à part toi. Ne dis rien et si tu veux bien de moi …

Je lui coupe la parole et réponds un peu trop sèchement, malgré moi, car la situation me déconcerte :

–         Prépare tes affaires, je pars dans une heure.

Je suis fatigué par les dures conditions de travail, mais heureux de continuer mon voyage. Quelles surprises me réservera encore mon étrange compagnon ?

Blois


[1] Chef des travaux, sorte d’architecte.

[2] Celui du Duc de Berry, frère de Philippe le Hardi et du roi de France.

Publicités

5 réflexions sur “Enfin le chapitre 3 ! (Ecriture croisée)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s